La Grèce dans la tourmente

22062011

Le peuple Grec est aujourd’hui confronté à l’une des plus graves crises de son Histoire moderne. L’économie du pays est exsangue et la dette des finances publiques abyssale.

Nos technocrates de la BCE et du FMI nous avaient assurés l’an dernier avoir pris les mesures nécessaires, à grands coups de millions d’euros et de dollars, pour stopper l’effondrement d’un système financier dont on entrevoit clairement les limites depuis  la crise de 2008. Et sauver la Grèce ainsi que tous les pays de la zone Euro d’un effet domino dont les conséquences auraient été dramatiques.

Les mêmes causes produisant toujours les mêmes effets, l’aveuglement de nos technocrates n’a d’égal que leur manque de réalisme.

La Grèce se retrouve en effet aujourd’hui dans la même situation qu’en 2010, avec une épée de Damoclès qui la contraint une nouvelle fois à appliquer des remèdes dont les effets vont être à coup sûr mortels pour tout le corps social du pays.

Injecter dans le système une masse d’argent que nous n’avons pas ne va pas résoudre les problèmes, bien au contraire ! Dans la situation actuelle, comment peut-on imaginer contraindre une nation à réaliser en 3 années d’efforts désespérés, tout ce qu’elle n’a pu entreprendre au cours des 10 années écoulées ?

Plutôt que d’imposer à la Grèce un diktat  qui de toute évidence ne peut que la conduire à une dramatique impasse, construisons à ses côtés une économie de projet, fondée sur la capacité des hommes à  engager des réformes structurelles viables.




L’entreprise en mouvement : la gestion du capital Humain au cœur des défis entrepreneuriaux

4062011

De la restructuration de crise aux mutations profondes, le mouvement continu du monde pousse les entreprises à  se transformer en permanence. 

Pour un dirigeant,  la transformation de son entreprise est un acte de management normal. On peut même dire qu’elle est entrée dans les mœurs. 

La crise a cependant profondément impacté la  nature des transformations engagées ces trois dernières années. Ainsi, les entreprises ont massivement investi dans une maîtrise drastique des coûts : restructurations organisationnelles, amélioration des performances, optimisation de la chaîne de valeur. Toutefois, la dimension humaine apparaît aujourd’hui comme un enjeu clef au cœur des transformations. 

La  qualité d’un manager réside autant dans sa capacité à faire comprendre et accepter les projets par les collaborateurs et à communiquer clairement sur les objectifs, qu’à trouver les bons leviers d’action, à bâtir avec les hommes une démarche qui a du sens, à mobiliser et accompagner les équipes dans la durée. 

Autant de conditions indispensables pour que les plans stratégiques s’inscrivent dans les comportements et se reflètent positivement dans les résultats financiers de l’entreprise.







Fidel T. CAPO-CHICHI |
plavixfr |
Contrôle Interne et Managem... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | spironolactonefr
| citalopramfr
| veillestrategique