De la gestion de crise à l’adaptation de circonstance

10042012

Les restructurations commencées dans les années 70 comme les reconversions industrielles ont fait place aujourd’hui à des mutations économiques stratégiques de grande ampleur.

Si les reconversions étaient ponctuelles et isolées, souvent circonscrites à un périmètre géographique assez limité, les mutations d’aujourd’hui représentent un mouvement permanent et diffus à l’échelle planétaire. Ce mouvement s’accompagne de périodes d’instabilité, de durée et d’amplitude variables.

Bien que les médias français aient trop souvent tendance à faire preuve d’un pessimisme outrancier, contribuant ainsi à entretenir un climat pour le moins anxiogène, il ne faut pas oublier que les périodes de mutations réservent aussi de belles opportunités à qui sait les saisir. Même dans les moments économiquement difficiles, il y a des hommes et des entreprises qui réussissent.

En temps de crise, encore plus qu’à tout autre moment, il est nécessaire de faire preuve de pragmatisme, d’opportunisme et d’optimisme.

Tant il vrai que, comme le disait Winston Churchill: « Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté.»




Manager en écoutant

17122010

La nature nous a donné deux oreilles et une seule langue afin d’écouter d’avantage et de parler moins.

Zénon d’Elée* (480-420 av.JC) Philosophe grec et mathématicien

Cet aphorisme d’un disciple de Parménide est toujours d’actualité. Il l’est même sans doute davantage aujourd’hui dans une société d’hyper communication qui laisse hélas peu de place au silence et à l’écoute de l’autre.

Pour un Manager, la capacité d’écoute dont il sait faire preuve est d’une grande force pour optimiser les relations qu’il entretient au quotidien avec ses équipes.

Améliorer son écoute en situation professionnelle rend en effet plus aisée l’animation d’une réunion, la gestion d’une situation de tension et en règle générale les relations avec son entourage.

Le développement d’une écoute active est sans doute un axe de progrès pour beaucoup d’entre nous…

* Zénon  d’Elée est célèbre pour avoir entrepris de prouver l’impossibilité du mouvement, appuyant sa théorie sur l’énoncé d’une série de paradoxes.
Les quatre plus réputés sont la dichotomie, l’Achille, la flèche et le stade.
La dichotomie : le mouvement est impossible car avant que l’objet en mouvement ne puisse atteindre sa destination, il doit d’abord atteindre la moitié de son parcours, mais avant d’en atteindre la moitié, il doit d’abord en atteindre le quart, mails il lui faut d’abord en atteindre le huitième, etc. Ainsi le mouvement ne peut même jamais commencer.
L’Achille : Achille en pleine course ne pourra jamais rattraper une tortue marchant devant lui car il devra avant tout atteindre le point de départ de cette dernière. Or quand il aura atteint ce point, la tortue aura avancé. Il lui faudra alors atteindre sa nouvelle position, et lorsqu’il l’aura atteinte la tortue aura de nouveau avancé, etc. La Tortue sera donc toujours en tête.
La flèche : Le temps se décompose en instants, qui sont indivisibles. Une flèche est soit en mouvement soit au repos. Une flèche ne peut être en mouvement car pour qu’elle le soit, il faudrait qu’elle soit à une position donnée au début d’un instant, puis à une autre à la fin du même instant. Ce qui revient à dire que les instants sont divisibles, ce qui est contradictoire. La flèche n’est donc jamais en mouvement.
Le stade : La moitié d’une durée donnée est égale au double de la même durée.







Fidel T. CAPO-CHICHI |
plavixfr |
Contrôle Interne et Managem... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | spironolactonefr
| citalopramfr
| veillestrategique